Partenaires

CNRS
Logo tutelle
Logo tutelle












Rechercher

Sur ce site


Accueil du site > Thèmes de Recherche > Couplages radiatifs en approche multi physique > Couplages radiatifs en approche multi physique

Couplages radiatifs en approche multi physique

par Nathalie ROBERT - 28 novembre 2011

Les applications évoquées plus haut dans les objectifs du GDR (énergie, transports, bâtiments, industrie) nécessitent l’implémentation de modules de rayonnement dont l’optimisation en termes de coûts informatiques et de précision est cruciale. C’est particulièrement vrai compte tenu des difficultés posées par les approches multi physiques (impliquant mécanique des fluides ou des solides, combustion, transport de masse ou d’énergie de façon générale), les géométries complexes des problèmes réels, les hétérogénéités des milieux considérés et les contraintes imposées sur le plan numérique (couplages, maillages, schémas numériques). Dans ce domaine, les participants à ce GDR ont développé individuellement des compétences reconnues dans le développement de modèles radiatifs. Toutefois, de nombreux problèmes tels que la stratégie de couplage entre module radiatif et calcul des autres modes de transfert ou l’adaptation de schémas numériques à des géométries arbitraires, par exemple, pourront être abordés en s’appuyant sur les échanges et retours d’expérience suscités par le GDR.

Plus précisément le GDR contribuera au progrès et à la dissémination de nos connaissances en plusieurs phases :

‐ la première phase (2011/2012) envisage des comparaisons des modèles et de stratégies, ainsi qu’un recensement des applications concernées ; elle conduira à une évaluation des performances et coûts des différentes familles de solution du problème radiatif : méthodes approchées type Rosseland, P1 et autres ; méthodes de résolution fine de l’ETR (DOM, MVF, éléments finis, …) et méthodes statistiques

‐ la 2ème phase (2012/2013) verra l’investissement des équipes du GDR autour de verrous identifiés (on peut citer à titre d’exemples les interactions rayonnement – turbulence, l’intégration de modèles radiatifs fins en combustion, ou encore l’identification de propriétés dans les problèmes multi‐échelles)

‐ la 3ème phase (2013/2014) poursuivra ces échanges et s’intégrera dans une optique de communication du GDR (école thématique, ouvrage collectif). L’apport crucial est la fédération des efforts des équipes françaises et le partage de leurs compétences à destination des applications industrielles.